Macron en Algérie : “Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller” avec la colonisation

La visite d'Emmanuel Macron s'annonçait périlleuse. Ce mercredi 6 décembre, le président français s'est offert un bain de foule après avoir déposé une gerbe au pied du monument des martyrs de la guerre d'Algérie. Emmanuel Macron a été interpellé par un jeune homme, un échange capté par les caméras de Franceinfo. L'homme l'a interrogé sur le passé colonial de la France et incitait le président à « assumer son passé colonial ». Ceux à quoi le président a immédiatement répondu qu'il assumait cette page de l'histoire depuis « longtemps ».

Mais, visiblement, cette réponse n'a pas suffi au jeune homme, qui a accusé Emmanuel Macron d'éviter le sujet. Une réflexion qui a agacé le président. « Qui évite quoi ? J'évite de venir vous voir ? J'évite de dire ce qui s'est passé ? Mais il s'est passé des choses, comme je l'ai dit… Il y a des gens qui ont vécu des histoires d'amour ici. Il y a des gens, Français, qui aiment encore terriblement l'Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces. On a cette histoire entre nous, mais moi je n'en suis pas prisonnier. Mais vous, vous avez quel âge ? »

Réponse du jeune homme : « 25 ans ». Et Emmanuel Macron de poursuivre ensuite : « Mais vous n'avez jamais connu la colonisation ! Qu'est-ce que vous venez m'embrouiller avec ça ? Vous, votre génération, elle doit regarder l'avenir. »

LIRE aussi Europe – Pays arabes : deux mondes irréconciliables ?

Dans une interview publiée mercredi 6 décembre par les quotidiens francophone El Watan et arabophone El Khabar, Emmanuel Macron avait indiqué se rendre à Alger « dans l'état d'esprit d'un ami de l'Algérie, d'un partenaire constructif ». Alors qu'il était encore candidat à la présidence, il avait qualifié la colonisation de « crime contre l'humanité ». Interrogé par un journaliste algérien sur sa position en tant que président, il a déclaré ne pas être « quelqu'un d'incohérent. C'est le même homme qui vous parle ».

Lire l’article sur Le Point

Articles relatifs