| by adminpolitic | No comments

Immobilier : baisse de la construction du neuf en 2018

Après une période faste de 2015 à 2017, les projets de constructions immobiliers neufs ont connu une forte baisse en 2018 : les mises en chantier ont baissé de plus de 7% en 2018 par rapport à l’année précédente.

Promoteurs, experts de l’immobilier et du crédit s’inquiètent, car c’est la première fois en cinq ans que le nombre de constructions neuves est en baisse.

Tous les indicateurs de l’immobilier neuf sont dans le rouge

Après un décrochage de près de 10% au premier trimestre 2018, la baisse s’est confirmée tout au long de l’année. Selon la Fédération Française du Bâtiment, le rythme des commandes connaît une baisse encore plus importante, tout comme le nombre de prospects : on parle d’une baisse qui atteindrait 20 à 25% !

Ces chiffres sont encore moins bons que lors de la crise des subprimes, en 2008. Les permis de construire, qui se sont élevés à 460 000 en 2018, ont également connu une baisse de 7% par rapport à 2017.

La hausse des prix de l’immobilier en cause ?

Les prix de l’immobilier, notamment dans les grandes agglomérations, connaissent eux une hausse galopante. Ce cycle haussier, qui ne connaît pas de ralentissement en ce début d’année 2019, restreint l’accessibilité à la propriété pour les primo-accédants.

Sur tout le territoire français, la hausse de l’immobilier a progressé en moyenne de 2,7%, à 4 048€ du m².  Selon l’INSEE, la hausse est encore plus marquée dans l’ancien (+3,5% par rapport à 2017).

L’abaissement des aides à la propriété pointées du doigt

La suppression de l'”APL accession à la propriété”, soutenue par la CAF auprès des ménages modestes, a sans doute eu un impact sur ce ralentissement. La baisse du pouvoir d’achat, conjuguée à la fin de certaines aides, jouent beaucoup sur ces foyers aux revenus limités, et ce malgré des taux d’emprunt immobilier relativement bas.

De même, le Prêt à Taux Zéro a vu ses zones géographiques rétrécies : en 2017, toutes les zones étaient concernées ; en 2018, seules les zones dites “tendues” (A, A bis, B1) pouvaient prétendre au PTZ – les zones B2 et C pouvaient également bénéficier du PTZ, mais le financement est limité à 20%…

Les maires ralentissent-ils les constructions neuves ?

Un reportage de FranceTvInfo à Bousbecque, dans le Nord, revenait sur le refus des habitants de voir se multiplier les programmes neufs dans leur ville. Le nouveau maire, Joseph Lefebvre, a ainsi freiné le rythme des programmes neufs et a même gelé certains projets : “Il ne faut pas absolument que l’on utilise toutes les parcelles pour répondre à ce besoin de logements sociaux”.

Son prédécesseur, Alexandre Beeuwsaert, qui a dû laisser son poste à cause des nombreuses constructions entamées, le constate : “Maire bâtisseur, maire battu”. Ainsi, certaines communes ont vu leur nombre de permis de construire délivrés en 2018 chuter de 30 à 50%. Les élus vantent davantage un nouvel urbanisme nouveau, vert et raisonné, et sont prêts à rendre inconstructibles certains terrains pour éviter la prolifération des bâtiments neufs.

Charge aux promoteurs immobiliers de trouver de nouveaux terrains, essentiellement privés, pour créer de nouvelles habitations neuves.